albuminé


albuminé

albumine [ albymin ] n. f.
• 1792; bas lat. albumen « blanc d'œuf »
Biochim. Membre d'une classe de protéines hydrosolubles présentes dans le sérum, le lait, les œufs et dans de nombreux fluides biologiques. Les albumines sont coagulées par la chaleur. Cour. Avoir de l'albumine : présenter de l'albuminurie. — Adj. ALBUMINEUX, EUSE , 1736 .

albumine nom féminin Substance organique protéique, visqueuse à l'état pur, soluble dans l'eau, coagulable par la chaleur, contenue dans le blanc d'œuf, le plasma sanguin, le lait, etc. ● albumine (difficultés) nom féminin Emploi Avoir de l'albumine appartient à la langue courante (= avoir de l'albumine dans les urines). Recommandation Dans l'expression soignée, préférer présenter de l'albuminurie. ● albumine (expressions) nom féminin Familier. Avoir, faire de l'albumine, avoir de l'albumine dans les urines.

n. f. BIOCHIM Protéine simple, contenue dans le sérum, dont la fonction principale est de régulariser la pression osmotique du plasma car elle est soluble dans l'eau.

⇒ALBUMINE, subst. fém.
A.— BIOL., TECHNOL. Substance organique (appartenant au groupe des protéines, composée de carbone, d'azote, d'oxygène, d'hydrogène), blanchâtre, généralement visqueuse, soluble dans l'eau, thermocoagulable, se trouvant dans le blanc d'œuf, le lait, le sérum sanguin, les muscles, certains tissus végétaux, etc. Albumine animale, végétale; albumine de lait, d'œuf, de sang :
1. L'analyse chymique de ces substances tant solides que fluides nous y démontre un assez petit nombre de principes qui se trouvent presque tous dans chacune d'elles, quoique dans des proportions très-différentes. Quelques terres, quelques sels, le phosphore, le carbone, l'azote, l'hydrogène, l'oxygène, un peu de soufre, un peu de fer, combinés d'un grand nombre de manières, produisent divers composés, comme la gélatine, l'albumine, la fibrine, etc., qui, en s'unissant à leur tour, forment les solides et les fluides animaux tels que nous les connoissons.
G. CUVIER, Leçons d'anatomie comparée, t. 1, 1805, p. 20.
2. L'albumine se trouve également dans la chair et dans le sang; elle se coagule à une chaleur au-dessous de 40 degrés; c'est elle qui forme l'écume du pot au feu.
J.-A. BRILLAT-SAVARIN, Physiologie du goût, 1825, p. 69.
3. Dans le végétal, l'albumine ou la matière protéique se fait-elle avec les éléments de l'air? Expérimenter sur des cactus qui peuvent croître très vite. Croîtront-ils avec ou sans oxygène, avec ou sans azote, etc.?
C. BERNARD, Cahier de notes, 1860, p. 131.
4. Quelle merveille que de retrouver chez les êtres vivants les mêmes substances qui composent les minéraux! Néanmoins ils éprouvaient une sorte d'humiliation à l'idée que leur individu contenait du phosphore comme les allumettes, de l'albumine comme les blancs d'œufs, du gaz hydrogène comme les réverbères.
G. FLAUBERT, Bouvard et Pécuchet, t. 1, 1880, p. 60.
5. Dans la transplantation du rein, par exemple, lorsque la circulation sanguine est rétablie par la suture des vaisseaux, l'organe fonctionne immédiatement. Il se comporte d'abord de façon normale. Au bout de quelques semaines cependant, de l'albumine, puis du sang apparaissent dans l'urine. Et une maladie, semblable à la néphrite, amène rapidement l'atrophie du rein. Mais si l'organe greffé appartient à l'animal lui-même, il reprend intégralement et de façon permanente ses fonctions. Les humeurs reconnaissent, dans les tissus étrangers, des différences de constitution qui ne sont décelables par aucune autre épreuve.
A. CARREL, L'Homme, cet inconnu, 1935, p. 287.
Rem. 1. Employée en méd. (comme solution adoucissante, contrepoison, etc. : cf. BESCH. 1845, Nouv. Lar. ill., Lar. mén. 1926, Lar. 20e) et en gastr., peint., phot., etc. (cf. BESCH. 1845, Lar. mén. 1926, QUILLET 1965, MONT. 1967). Procédé à l'albumine ,,l'un des procédés utilisés pour préparer les plaques de tirage offset. La couche sensible est principalement à base d'albumine`` (COMTE-PERN. 1963; cf. également DUVAL 1959, Lar. 3). 2. Autres accept. données par certains dict. techn. : ,,Nom générique ancien des matières azotées, coagulables par la chaleur et fournissant, par hydrolyse, des acides aminés`` (DUVAL 1959); ,,Ensemble des protéines solubles (Impropre)`` (Méd. Biol. t. 1 1970).
B.— MÉD. et lang. cour. Avoir de l'albumine. Être affecté d'albuminurie :
6. Et voilà qu'on analyse des petites bouteilles de mon urine, et j'ai de l'albumine.
J. RENARD, Journal, 1909, p. 1230.
7. — Mais j'ai aussi un peu d'albumine.
— Vous ne devriez pas le savoir. Vous avez ce que j'ai décrit sous le nom d'albumine mentale. Nous avons tous eu, au cours d'une indisposition, notre petite crise d'albumine que notre médecin s'est empressé de rendre durable en nous la signalant.
M. PROUST, À la recherche du temps perdu, Le Côté de Guermantes 1, 1920, p. 303.
8. Le patron Martrodin comprimait de ses doigts courts les petites poches séreuses qu'il avait sous les yeux. « Comment vont les reins? » Que je lui demandais en le voyant faire. Je le soignais pour les reins. « On ne prend plus de sel au moins? » — Encore de l'albumine docteur! J'ai fait faire l'analyse avant-hier au pharmacien... oh, je m'en fous moi de crever qu'il ajoutait, d'albumine ou d'autre chose, mais ce qui me dégoûte c'est de travailler comme je travaille... à petits bénéfices! ...
L.-F. CÉLINE, Voyage au bout de la nuit, 1932, p. 390.
Prononc. :[albymin].
Étymol. ET HIST. — 1792 méd. et chim. (Encyclop. Méth., Chymie, Pharmacie et Métallurgie, t. 2 : L'albumine, mot nouveau [...] est une matière composée organique).
Empr. au b. lat. albumen « blanc d'œuf » (albumen); du même étymon les formes pop., a. fr. abun « id. », 1217 (PIERRE LE PICARD DE BEAUVAIS, Mappemonde ds GDF. : Tout autressi comme l'escaille de l'euf qu'entor l'abun se donne), aubin, début XIVe s. (Ph. DE VITRY, Mét. d'Ovide, p. 7, Tarbé ibid. :En l'oef, ce me semble a trois choses, Qui sont dedans la coque encloses, Le moieulx, l'aubin, la pelette, Qui plus est pres de la coquette), attesté encore en 1845 sous cette forme ds BESCH., qualifié de vieilli par DG.
STAT. — Fréq. abs. litt. :55.
BBG. — BÉL. 1957. — BOISS.8. — CHESN. 1857. — COMTE-PERN. 1963. — DELORME 1962. — DUVAL 1959. — FROMH.-KING 1968. — GARNIER-DEL. 1961 [1958]. — GRAND. 1962. — Lar. méd. 1970. — Lar. mén. 1926. — LITTRÉ-ROBIN 1865. — Méd. Biol. t. 1 1970. — MONT. 1967. — NYSTEN 1814-20. — UV.-CHAPMAN 1956.

albumine [albymin] n. f.
ÉTYM. 1792, Encyclopédie méthodique; du bas lat. albumen (→ Albumen), du lat. class. albus « blanc » d'après suc albumineux, employé dès 1736.
1 Biol., chim. Matière organique appartenant au groupe des albumines (→ ci-dessous rem.), identifiée d'abord dans le blanc d'œuf.Mod. Substance du groupe des holoprotéines ( Protéine), formée de carbone, d'azote, d'oxygène et d'hydrogène, coagulable à la chaleur, et se rencontrant en abondance dans les organismes vivants. || Les albumines se rencontrent dans les organismes animaux (sérum sanguin, lait, œuf, muscles, etc.) et dans certains végétaux (pois, haricots, blé). || La caséine, constituant des albumines du lait. || Apparition, excès d'albumine dans les urines. Albuminurie, et ci-dessous, 2. || Doser l'albumine (des urines, du sang) à l'albuminimètre.
1 (…) ils (Bouvard et Pécuchet) éprouvaient une sorte d'humiliation à l'idée que leur individu contenait du phosphore comme les allumettes, de l'albumine comme les blancs d'œufs, du gaz hydrogène comme les réverbères.
Flaubert, Bouvard et Pécuchet, III.
2 (…) des œufs (de tortue) parfaitement sphériques, à coque blanche et dure, et dont l'albumine a la propriété de ne point se coaguler comme celle des œufs d'oiseaux.
J. Verne, l'Île mystérieuse, t. I, p. 405.
Abusivt. Protéine soluble.
REM. Albumine s'est longtemps employé au sing. pour désigner collectivement toutes les protéines coagulables indispensables à la nutrition; on distingue aujourd'hui divers types d'albumines : lactalbumine (du lait), sérumalbumine (du sérum sanguin), myalbumine (des muscles) ovalbumine (du blanc d'œuf)…, elles-mêmes subdivisables.
Méd. Solution albumineuse employée comme adoucissant, contrepoison.
Photogr. (anciennt). Solution albuminée employée pour enduire le papier de tirage.Imprim. || Procédé à l'albumine (en offset).
2 Cour. Albuminurie. || Avoir de l'albumine. || Régime pour l'albumine.Par métonymie. || « Les gastralgiques, les lumbagos (…), les albumines (…) » → Râleux, cit. 2, Céline.
3 — Mais j'ai aussi un peu d'albumine.
— Vous ne devriez pas le savoir. Vous avez ce que j'ai décrit sous le nom d'albumine mentale. Nous avons tous eu, au cours d'une indisposition, notre petite crise d'albumine que notre médecin s'est empressé de rendre durable en nous la signalant.
Proust, le Côté de Guermantes, Pl., t. II, p. 303.
DÉR. et COMP. Albuminase, albuminate, albuminémie, albuminifère, albuminimètre, albuminique, albumino-, albuminoïde, albuminose, albuminurie. Ovalbumine. — V. aussi Albumineux, albumose.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • albumine — [ albymin ] n. f. • 1792; bas lat. albumen « blanc d œuf » ♦ Biochim. Membre d une classe de protéines hydrosolubles présentes dans le sérum, le lait, les œufs et dans de nombreux fluides biologiques. Les albumines sont coagulées par la chaleur.… …   Encyclopédie Universelle

  • Albumine — (v. lat.: albus weiß) gehören wie die Globuline zur Gruppe der globulären Proteine. Albumin sorgt im menschlichen Organismus vor allem für Aufrechterhaltung des kolloidosmotischen Drucks. Albumine sind auch in Milch und Eiern zu finden. Albumin… …   Deutsch Wikipedia

  • Albumine — Albumine,   Singular Albumin das, s, leicht wasserlösliche, gut kristallisierbare Proteine, die mit relativen Molekülmassen bis etwa 65 000 gegenüber den Globulinen niedermolekular sind. Albumine lassen sich von anderen Eiweißstoffen durch… …   Universal-Lexikon

  • albuminé — albuminé, ée (al bu mi né, née) adj. Terme de botanique. Se dit d une graine qui est pourvue d albumine. SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE    ALBUMINÉ. Ajoutez : 2°   Enduit d albumine. •   Le papier albuminé [pour photographie], VERNIER le Temps, 20… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Albumine — Albumine, zu den ⇒ globulären Proteinen gehörende, in Wasser lösliche niedermolekulare Proteine, die bei Wirbeltieren als Teil der Plasmaproteine Transportfunktion haben und insbesondere der Aufrechterhaltung des kolloidosmotischen Drucks dienen …   Deutsch wörterbuch der biologie

  • Albumine — Les albumines (du latin albus, blanc) sont des protéines solubles dans l eau pure, moins dans l eau salée. Leur masse molaire est d environ 65 000 g/mol, elles sont composées d environ 580 acides aminés et ne contiennent pas de glucides.… …   Wikipédia en Français

  • albumine — (al bu mi n ) s. f. Principe immédiat des animaux et des végétaux qui compose le blanc de l oeuf et se coagule par la chaleur. HISTORIQUE    XIIIe s. •   Oile [huile] violat mellé à aubun d uef, ALEBRANT Régime du corps, ms. n° 7929, f. 34, verso …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ALBUMINE — s. f. T. de Chimie. Il se dit Du blanc d oeuf, et d une substance de même nature qu on trouve dans diverses matières végétales et animales. Albumine animale, végétale …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ALBUMINE — n. f. T. de Chimie Blanc d’oeuf ou Substance azotée de même nature qu’on trouve dans diverses matières végétales et animales. Albumine animale, végétale …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Albumine d’œuf —    L albumine d’œuf est utilisée lors du collage du vin pour le clarifier, elle a aussi la faculté d arrondir les vins …   L'Abécédaire du Vin


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.